Home > Campagnes solidaires > n° 365 - octobre 2020
Partager sur :

CAMPAGNES SOLIDAIRES


Campagnes solidaires est le mensuel de la Confédération paysanne, engagé avec les paysans et les acteurs du mouvement social dans l'émergence d'autres mondes possibles.

C'est un point de ralliement pour ceux qui veulent comprendre les réalités de la vie et des luttes paysannes dans le monde et ici en Europe.

C'est aussi un espace pour ceux qui veulent s'exprimer sur ces réalités et la manière d'agir sur elles.

Informer, c'est contribuer au débat sur les sujets de société tels que les OGM, la sécurité alimentaire et la mondialisation...

Campagnes Solidaires, notre, votre journal, tente chaque mois de restituer les résistances et les espoirs de ces luttes. Nous avons besoin de vous pour continuer ce combat.

Le numéro du mois

n° 365 - octobre 2020
Editorial
Sommaire Dossier Archives

Editorial

Rentrée masquée mais déterminée !

Partout notre rentrée syndicale se fait, partout les équipes paysannes repartent au combat comme avant la crise.
Nous sommes plus déterminés que jamais car cette crise a bel et bien montré les limites d'un système mondialisé, d'une agriculture spécialisée et en perte de sens, et les actes posés politiquement depuis ne sont ni à la hauteur de nos attentes, ni à même de créer les conditions favorables à une évolution du système agricole, financier et économique.
Les « décideurs » ont piqué notre vocabulaire mais rien n'est mis en route afin que le plan de relance post-Covid déclenche une nouvelle orientation (1). Sans remise en cause des politiques publiques néolibérales actuelles, les milliards engagés ne résoudront rien : le panier est percé et pour le remplir il faut avant tout le réparer, ou carrément en changer !
Sans ce préalable qui consiste à protéger les paysan·nes de la concurrence tous azimuts, les efforts de relocalisation et d'installation ou la volonté de répondre à l'enjeu de souveraineté alimentaire resteront au mieux marginaux, au pire inexistants.
Il faut avant tout réguler les marchés, maîtriser les volumes, écrire politiquement les conditions de cette relocalisation plutôt qu'additionner les appels à projets locaux qui ne font pas et ne feront jamais une politique d'orientation agricole.
Mais pour ça, il faudrait faire davantage qu'utiliser un vocabulaire sans en comprendre le véritable sens !
Des politiques publiques de rupture sont plus que jamais nécessaires pour poser les bases d'une société plus juste, plus équitable, plus enviable et plus respirable.
Les paysannes et les paysans sont au cœur de ce projet pour produire une alimentation de qualité (qui est aussi la première médecine), choisie et accessible à toutes et tous, sur des territoires dynamiques où ils retrouveront leur rôle et où leur travail retrouvera son sens.
Il nous faut donc plus que jamais être offensifs, nous servir des éléments de la crise qui crédibilisent encore un peu plus notre projet d'agriculture paysanne et mobiliser avec nous celles et ceux qui ont compris l'importance et l'urgence de changer de modèle pour répondre aux enjeux sociaux, écologiques et alimentaires.
D'où notre rentrée en action pour mettre en valeur nos revendications - protéger, installer, socialiser -, pour dénoncer le double langage des politiques et ne pas laisser la FNSEA* et sa présidente multi-casquettes berner encore une fois paysan·nes et citoyen·nes et imposer leur vraie volonté  : continuer à produire plus sans se soucier des dégâts sociaux, environnementaux et climatiques, ici et partout sur la planète.
Nous ne pouvons plus faire comme si nous ne savions pas les désordres créés par des décennies de politiques ultra-libérales : inégale répartition des richesses, appauvrissement, famines, effondrement de la biodiversité, crise climatique…
Nous devons mener ce combat au plus haut niveau contre nos dirigeants politiques actuels et leurs politiques qui ne jurent que par la croissance, le PIB* et le niveau d'exportation.
Le monde est à un tournant : poussons collectivement pour le faire basculer du côté des communs, du droit des travailleuses et travailleurs et de l'écologie.

Nicolas Girod,
paysan dans le Jura,
porte-parole national

 

(1) Cf. p.6

TROUVEZ UNE CONF'
NOUS CONTACTER Confédération Paysanne du Tarn
Confédération Paysanne
Maison des Associations - Place du 1er Mai 81100 Castres - 05.63.51.08.47